Philippe-Audrey Larue-Saint-Jacques

À 15 ans, j’ai vécu ma première vraie peine d’amour. J’ai cherché le réconfort dans la sagesse parentale et mon père m’a alors donné pour seul conseil: « Ne lis jamais de Musset... »

Depuis, je passe ma vie à essayer de comprendre pourquoi...